Chiffres trompeurs
Prévisions de ventes 2020
Des lustres sensationells
ventes vélos après Corona
Embarras postal
Ventes vélos neufs 2019
Coronavirus
Ventes vélos neufs 2018
N`est pas un délit banal
Ventes vélos neufs 2017
Ventes vélos neufs 2016
200 ans de vélo
Histoire formidable
Potentiel Vélo
Produits life-style
Forte demande
Accidents E-Bike et bpa
CH Fournisseurs de vélos
De nouveau à la pointe
Hystérie sécurité vélo
Branche prend position
Ventes de cycles 2014
La branche se défend
Plus de femmes sur...
vélos sportifs
Trop de cyclistes roulent
...sans éclairage!
Chifffre affaire
La moitié avec service et accessoires
E-Bikes: règles nouvelles
Pas du casques pour catégorie 25 km/h
300 000 casques
aimé, supporté, détesté

l'OFROU veut ouvrir la voie au port obligatoire du casque avec sa déclaration unilatérale des statistiques d’accidents

Dans son dernier communiqué de presse, l'Office fédéral des routes, l'OFROU, fustige une fois de plus les conducteurs de vélos électriques comme étant la cause d'accidents avec le plus haut taux de croissance de blessures graves. Il ignore cependant le fait que durant le lockdown, deux fois plus de personnes ont fait du vélo électrique et sont allées beaucoup plus loin. En outre, selon les premières projections, le nombre de vélos électriques aura augmenté de 165 000 en 2020. Calculé en termes de passagers-kilomètres, le vélo à assistance électrique n'est pas devenu moins sûr. Selon l'ASTRA, le nombre de personnes tuées dans des accidents est même passé de 7 à 6.

Selon l'ASTRA, le nombre de cyclistes électroniques gravement blessés est passé de 148 à 207 au cours du premier semestre 2020. La question se pose : qu'est-ce qu'une "personne gravement blessée"? L'Office fédéral de la statistique le définit comme suit : depuis 2015, on entend par "blessés graves" les personnes qui présentent des déficiences graves et visibles nécessitant des soins médicaux stationnaires. Jusqu'en 2014, les personnes étaient toujours considérées comme "gravement blessées" si elles présentaient des déficiences graves qui les empêchaient d'exercer des activités normales à domicile pendant au moins 24 heures (par exemple, une perte de conscience ou des fractures [exepté les fractures du doigt] ou toute autre déficience nécessitant un séjour à l'hôpital de plus d'un jour). Il s'agit donc d’une classification assez large. On soupçonne fortement l'OFROU d'essayer d'ouvrir la voie à l'introduction de casques obligatoires pour les e-bikes jusqu'à 25 km/h et à d'autres mesures de sécurité (utilisation de jour, compteur de vitesse pour les e-bikes rapides) avec des chiffres d'accidents alarmants, qui choquent mais ne signifient pas grand-chose.

En particulier, l'obligation de porter un casque est très controversée. En 1990, un casque obligatoire pour les cyclomoteurs a été introduit en Suisse, ce qui a entraîné l'effondrement complet du marché des vélomoteur en deux ans. Des études menées à l'étranger (Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, États-Unis) ont montré qu'après l'introduction de casques obligatoires pour les cyclistes, l'utilisation de la bicyclette a considérablement diminué. Les chercheurs ont également constaté que les cyclistes portant un casque sont plus susceptibles d'être dépassés par les voitures que ceux qui n'en portent pas.

Les casques obligatoires ne sont pas seulement un signal de dissuasion : Le vélo, c'est dangereux ! Le gouvernement accepte délibérément de mettre un terme à l'essor des vélos électriques légers, peu encombrants et écologiques. En période de manifestations climatiques, de hausse des coûts de santé et de danger d'infection par le Covid-19, il s'agit d'une approche très risquée. Ce n'est pas comme si les Suisses refusaient le port du casque. Aujourd'hui, environ deux tiers des cyclistes roulant en e-bikes lents qui ont un accident portent un casque. Le casque n'est donc en aucun cas une panacée pour les blessures graves.

Il n'y a qu'une seule façon de rendre le vélo et le vélo en ligne plus sûrs : Une infrastructure de circulation adéquate avec un espace routier suffisant doit être mise à la disposition des cyclistes. Les véhicules à moteur qui dépassent doivent (comme en Allemagne) laisser aux conducteurs de deux roues une distance de sécurité définie avec précision.

Au lieu de se concentrer unilatéralement sur le nombre d'accidents et de mettre constamment au pilori les conducteurs d’e-bikes, il faudrait faire la réflexion inverse, surtout en période de corona : Combien de vies ont été sauvées et prolongées grâce au vélo et à l'e-bike ces derniers temps? Quelle valeur ajoutée pour la santé, la qualité de vie et le plaisir pourrait être générée par le vélo? Combien de frustration et de stress sont évités en ville grâce au vélo, car vous êtes moins obligé de rester debout dans les embouteillages ou de chercher une place de parking?

Références :
Lien vers l'actualité d'OFROU: https://www.astra.admin.ch/astra/de/home/dokumentation/medienmitteilungen/anzeige-meldungen.msg-id-80502.html
Lien vers l'étude de l'ETH sur le trafic : https://ivtmobis.ethz.ch/mobis/covid19/reports/latest_de
Effets de la réglementation sur les casques : http://www.cycle-helmets.com/cycling-1985-2011.html
Comportement des automobilistes qui dépassent lorsqu'ils portent un casque de vélo: http://www.bath.ac.uk/news/articles/archive/overtaking110906.html

Aarau, 24 septembre 2020