Des lustres sensationells
ventes vélos après Corona
Embarras postal
Ventes vélos neufs 2019
Coronavirus
Ventes vélos neufs 2018
N`est pas un délit banal
Ventes vélos neufs 2017
Ventes vélos neufs 2016
200 ans de vélo
Histoire formidable
Potentiel Vélo
Produits life-style
Forte demande
Accidents E-Bike et bpa
CH Fournisseurs de vélos
De nouveau à la pointe
Hystérie sécurité vélo
Branche prend position
Ventes de cycles 2014
La branche se défend
Plus de femmes sur...
vélos sportifs
Trop de cyclistes roulent
...sans éclairage!
Chifffre affaire
La moitié avec service et accessoires
E-Bikes: règles nouvelles
Pas du casques pour catégorie 25 km/h
BOOM
Un vélo sur sept est électrique
300 000 casques
aimé, supporté, détesté
25 années de VTT
Un anniversaire spécial en Suisse

Assez de ces analyses biaisées sur les chiffres des accidents!

Le bonheur des uns fait le malheur des autres : voilà une autre façon de lire les statistiques fédérales annuelles sur les accidents de la route. Si les voitures deviennent de plus en plus grandes, plus sûres et équipées de plus de systèmes de divertissement qui détournent l'attention de la conduite, c'est au détriment des cyclistes. En raison de leur silhouette fine, ils sont mal reconnus aussi bien par les systèmes d'assistance automobile que par les conducteurs inattentifs.

La multiplication des vélos électriques sur les routes entraîne une augmentation du nombre d'accidents. Cette équation semble devenir la norme. Ce que l'on ignore, c'est que le nombre d'accidents n'augmente pas au même rythme que le nombre croissant de cyclistes sur les routes. Elle ignore également le fait que les cyclistes font de plus en plus de trajets sur leur vélo, et qu'ils parcourent également de plus longues distances, c'est-à-dire qu'ils passent plus de temps sur la route. Si les moyens de transport étaient convertis en passagers-kilomètres, comme c'est le cas pour le trafic ferroviaire et aérien, il n'y aurait pas de différence significative par rapport aux chiffres des accidents de cyclistes.

Mais bien sûr : chaque accident est un accident de trop. Les cyclistes et les conducteurs de vélos électriques ont un problème commun à cet égard. Ils sont vulnérables en raison de l'absence d'une carrosserie protectrice. Ils sont également sujets à des chutes, car ils ne sont que sur une seule voie. Si la surface de la route est sale et que des obstacles tels que des trous, des bosses, des marquages, des voitures garées sur des pistes cyclables, des bordures ou d'autres surfaces inégales (par exemple, des excréments de chevaux gelés en hiver sur des pistes cyclables) sont présents, cela peut entraîner des chutes ou des collisions. Les deux-roues ont également une distance de freinage plus longue, car seuls deux pneus - au lieu de quatre comme dans une voiture - transmettent la décélération au sol.  

Pour les adeptes des deux roues, un mode de conduite anticipatif dans la circulation est donc une question de survie. Cependant, le meilleur concept de sécurité ne sert à rien contre les SUV qui se déplacent de manière imprudente, le groupe de voitures particulières qui connaît la plus forte croissance. Ces véhicules sont si hauts qu'en tant que cycliste, vous vous cognez toujours le visage sur le bord du toit lors d'une collision latérale. Même le meilleur casque n'aidera pas.

Il n'y a qu'une seule façon de rendre le vélo et l’e-bike plus sûrs : Une infrastructure adéquate avec un espace routier suffisant doit être mise à disposition des cyclistes afin qu'ils puissent se déplacer dans le trafic sans être dérangés. En Suisse, les véhicules à moteur qui dépassent doivent (comme en Allemagne) assurer aux conducteurs de deux-roues une distance de sécurité suffisante.

Au lieu de se concentrer uniquement sur les chiffres des accidents, la question de savoir combien de vies sont sauvées et prolongées grâce au cyclisme et à l'e-bike devrait être posée, surtout à l'époque du coronavirus. La valeur ajoutée pour la santé, la qualité de vie et le plaisir qu'apporte le vélo doivent également être pris en compte. Et combien de frustration et de stress sont évités en ville grâce au vélo, qui permet de réduire fortement le temps passé dans les embouteillages ou à chercher une place de parking.

16 juin 2020