Prévisions de ventes 2020
Des lustres sensationells
ventes vélos après Corona
Embarras postal
Ventes vélos neufs 2019
Coronavirus
Ventes vélos neufs 2018
N`est pas un délit banal
Ventes vélos neufs 2017
Ventes vélos neufs 2016
200 ans de vélo
Histoire formidable
Potentiel Vélo
Produits life-style
Forte demande
Accidents E-Bike et bpa
CH Fournisseurs de vélos
De nouveau à la pointe
Hystérie sécurité vélo
Branche prend position
Ventes de cycles 2014
La branche se défend
Plus de femmes sur...
vélos sportifs
Trop de cyclistes roulent
...sans éclairage!
Chifffre affaire
La moitié avec service et accessoires
E-Bikes: règles nouvelles
Pas du casques pour catégorie 25 km/h
300 000 casques
aimé, supporté, détesté

Statistique d’accidents de vélo et e-bikes, appel à de nouvelles législations

La branche du vélo se défend avec véhémence 

La recrudescence d’accidents de vélos et d’e-bikes durant le premier semestre 2014 par rapport à l’année passée, largement commentée dans les colonnes de divers médias suisses et accompagnée d’appels à une législation plus sévère à l’encontre des cyclistes et e-bikers méritent, selon l’avis de la branche de la bicyclette, une approche plus nuancée: des conditions météo différentes et des kilométrages en conséquence pendant la période correspondante ainsi que l’augmentation massive du nombre des vélos et e-bikes n’ont pas suffisamment, voire pas du tout été pris en compte, selon l’avis les associations „Velosuisse“ et "2-Roues Suisse“.      

L’association des fabricants/importateurs suisses „Velosuisse“ et l’association des marchands „2-Roues Suisse“ rejettent avec véhémence les articles publiés dans divers médias, qui arguent que rouler à vélo et en e-bike serait de plus en plus dangereux. Les chiffres divulgués par l’office fédéral des routes OFROU et repris par les médias (accroissement de 51% resp. 29% du nombre des blessés graves parmi les cyclistes et e-bikers durant le premier semestre 2014 comparé à la même période de l’année précédente) doivent impérativement être relativisés, selon les associations.

Statistiques d’accidents 1er semestre 2013/2014: ne pas prendre des pommes pour des poires

La météo tristement froide et humide de mars à juin 2013 a gâché l’envie de pratiquer le vélo; on a moins pédalé au quotidien et pratiquement boudé le deux-roues pendant les loisirs. Rien à voir avec la période correspondante de 2014: la magnifique météo printanière a attiré les cyclistes et e-bikers par milliers sur les routes. Résultat: si l’on roule moins, la fréquence des accidents baisse; roule-t-on davantage, elle croît.

Mise en relation avec l’effectif du parc des véhicules, la pratique du vélo n’est pas devenue plus dangereuse

S’appuyer sur une comparaison entre semestres aux conditions météorologiques les plus contrastées pour conclure à une recrudescence dramatique de la dangerosité de la pratique du vélo, c’est pour le moins irresponsable, selon la branche du deux-roues. Les chiffres d’accidents observés sur une période prolongée le prouvent: rouler à vélo et en e-bike n’est en soi – mis en relation avec l’augmentation du parc des véhicules – pas devenu plus dangereux au cours de ces années dernières. Pour ce qui est des e-bikes, le nombre des accidents ne s’est pas accru, mais – au vu de la prolifération massive – est resté constant. De nos jours, quelque 270'000 e-bikes sillonnent les routes suisses, alors qu’il y a huit ans, ils n’étaient encore que tout juste 3'000.

Oui à la prévention, non à de nouvelles lois

Le fait que toute augmentation explosive d’un nouveau moyen de locomotion va forcément de pair avec des accidents fait partie intégrante du phénomène de la mobilité humaine. En déduire qu’il faut de nouvelles prescriptions, voire même un examen de conduite pour tout utilisateur d’e-bike, est absolument exagéré et s’oppose au but de motiver le plus grand nombre possible de personnes à pratiquer le vélo. Rouler à vélo et en e-bike est sain, favorise la condition physique, contribue à la prévention de coûts de la santé et participe à la décongestion du trafic en ville et en agglomération.

Conclusion: la branche du vélo encourage toute activité de sensibilisation des cyclistes et e-bikers pour qu’ils circulent en respectant les réglementations en vigueur, ceci pour leur propre sécurité. Elle approuve aussi le port volontaire du casque pour cyclistes, ainsi que la législation actuelle concernant l’utilisation et l’équipement des e-bikes atteignant les 45 km/h. Elle rejette avec véhémence toute nouvelle réglementation allant au-delà des règles existantes, car cette dernière minerait l’attractivité de la pratique du vélo, ce qui ne saurait être dans l’intérêt de la collectivité.

18.09.2014