Ventes Vélos neufs 2018
N`est pas un délit banal
Bike Days 2018
Sélection variée a Soleure
Ventes vélos neufs 2017
Ventes vélos neufs 2016
200 ans de vélo
Histoire formidable
Potentiel Vélo
Produits life-style
Forte demande
Accidents E-Bike et bpa
CH Fournisseurs de vélos
De nouveau à la pointe
Hystérie sécurité vélo
Branche prend position
Ventes de cycles 2014
La branche se défend
Plus de femmes sur...
vélos sportifs
Trop de cyclistes roulent
...sans éclairage!
Chifffre affaire
La moitié avec service et accessoires
E-Bikes: règles nouvelles
Pas du casques pour catégorie 25 km/h
BOOM
Un vélo sur sept est électrique
300 000 casques
aimé, supporté, détesté
Les femmes font...
...plus souvent du vélo que les hommes
Tout le monde en a un,
mais peu en profitent vraiment!
Vélo: La magie...
...de la petite reine
La securité se trouve..
... chez les pros!
25 années de VTT
Un anniversaire spécial en Suisse
Tendance «50 plus»
Le vélo gagne en popularité!
Les Suisses sont fous de
...vélos

La branche du vélo prend position face à l’hystérie actuelle concernant la sécurité
 
Dans la discussion actuelle concernant la sécurité des cyclistes, l’association Vélosuisse prend position comme suit: elle prononce un oui clair à l’amélioration de l’infrastructure routière, mais s’oppose avec véhémence aux mesures risquant d’entraver le libre accès de la population à la pratique du vélo. Elle plaide aussi pour que le thème de la sécurité des cyclistes et des statistiques d’accidents y relatifs soient abordés de manière plus objective.
 
Chaque accident de vélo – surtout s’il a des conséquences sur l’intégrité personnelle – est un accident de trop. Toutefois, les mesures visant à améliorer la sécurité des utilisatrices et des utilisateurs de vélos et d’e-bikes devraient promouvoir la pratique du vélo et non l’entraver. Tel est l’avis de l’association Velosuisse:    
 
Oui pour une infrastructure routière mieux adaptée aux vélos
Velosuisse approuve le développement de l’infrastructure routière en faveur de la circulation cycliste. Les routes et voies cyclables plus sûres, plus courtes, clairement signalées et taillées à la mesure des besoins des cyclistes réduisent les risques de mise en danger et permettent une pratique détendue du vélo.
 
Cours de conduite pour cyclistes: facultatifs, et non obligatoires!
Les appels visant à rendre obligatoires des cours de formation et de rappel pour les cyclistes et en particulier les e-bikers réduit l’attractivité de la pratique du vélo. L’accès le plus libre possible au vélo attire davantage de monde dans l’univers de la petite reine et contribue à la santé publique. Quant aux usagers des e-bikes rapides de la catégorie 45 km/h, ils sont actuellement déjà astreints à un examen théorique. Une extension de ce procédé ordonnée par le législateur serait contre-productive.
 
Discussion plus objective sur le thème des accidents de vélos
Le nombre des tués et des blessés graves en 2014 a augmenté par rapport à l’année précédente. La raison: vu la météo extrêmement clémente au printemps 2014, on a beaucoup plus intensément pratiqué le vélo que lors du printemps pluvieux de 2013. De plus, l’effectif total des e-bikes s’est accru, passant de 10'000 en 2007 à actuellement 300'000. Rien que l’année passée, 57'000 e-bikes neufs ont trouvé preneur. Les e-bikers parcourent des trajets nettement plus longs au guidon de leur engin que les cyclistes ordinaires. L’accroissement du parc des vélos doublé d’un allongement des distances augmente logiquement le nombre des situations à risques et des accidents.
 
Prudence lors de l’interprétation des statistiques d‘accidents
L’interprétation du nombre des accidents ne saurait se limiter aux seuls chiffres. Le nombre modique – considéré du point de vue des statistiques – des cas mortels (sans les e-bikes) est soumis à de fortes fluctuations d’une année à l’autre. En 2009, on recensait 54 décès, en 2013 ils étaient 17, en 2014 on en a déploré 29. En considérant les 3 millions de cyclistes, la proportion des cas mortels s’est élevée à 1:100‘000 l’an passé, un chiffre statistiquement insignifiant ne pouvant tenir lieu de comparatif entre les années.
Chez les e-bikes, on a relevé huit cas mortels en 2011, quatre en 2013 et cinq en 2014. Ces chiffres sont trop restreints pour en tirer des déductions en vue de la prévention des accidents. La notion de „blessé grave“ (2014: 145 e-bikers „gravement blessés“) prête d’ailleurs à confusion. Sous cette appellation tombent aussi les blessés légers nécessitant une brève hospitalisation. Les chiffres concernant les personnes gravement atteintes suite à un accident de vélo sont donc nettement moindres que le nombre publié des soi-disant blessés graves.
 
L’analyse des accidents a tout son sens
trois quarts des accidents de vélo sont causés par le ou la cycliste en personne. Les spécialistes confirment qu’une partie des personnes accidentées le sont également pour raisons de santé. Il est donc opportun que les accidents de vélo soient analysés encore plus méticuleusement à l’avenir, afin d’obtenir davantage d’informations générales dans le but d’améliorer la prévention des accidents.
 
Le vélo, c’est la santé
Pour finir, il faut souligner avec force que la pratique du vélo a un effet positif sur la santé publique. Qui utilise un vélo effectue des efforts physiques, ce qui est un facteur indispensable pour une longue vie en bonne santé et – à l’opposé du jogging – n’a aucun impact négatif sur les articulations. Si l’on venait à porter atteinte à l’attractivité du vélo à coups d‘obligations légales de formation, on influerait de manière négative les coûts de la santé et le bien-être de la population en déplorant un plus grand nombre d’accidents cardiovasculaires et d’autres maladies. Cela serait inacceptable.

23.4.2015